ROUTE DES CADETS DE GASCOGNE

Flamarens / Territoire Lomagne

route des cadets de gascogne à flamarens (32131), dans le gers, sud-ouest

route des cadets de gascogne tourisme dans le gers sud ouest de la france
comité départemental du tourisme et des loisirs du gers en gascogne, 3 bd roquelaure
32002 - auch

ROUTE DES CADETS DE GASCOGNE

Flamarens / Territoire Lomagne
Coordonnées :
Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers en Gascogne, 3 bd Roquelaure
32002 - Auch
Tél: +33 (0)5 62 05 95 95
161,00km / 2jour
Circuit RoutierCircuit MotoCircuit Camping-car
FLAMARENS
Le village :
Site perché remarquable. Église paroissiale Saint-Saturnin (réédifiée de 1536 à 1545).
Le château :
Dot de la nièce du Pape Clément V, le castrum de Flamarens est mentionné en 1289. Plus tard, apanage des Galard, il passe en 1466 aux Grossoles qui le conservent jusqu'en 1882.
Responsables en 1469 de la construction de la moitié de l'édifice -oeuvre d'un "peyré" limousin- les Grossolles entreprennent celle de la moitié nord en 1536 : en partie incendiée en 1943.
Il fait l'objet en 1963 d'un sauvetage courageux.

LACASSAGNE À SAINT-AVIT FRANDAT
Le village :
Église du siècle dernier mais mobilier ancien (Fonts baptismaux)
Le château de Lacassagne :
Aux Luppe qui le détiennent dès le XVIe siècle et y sont toujours représentés, Lacassagne doit de considérables transformations au XVIIe et XIXe siècles, notamment dans la grande salle ou J.-B. De Luppe, Grand Prieur de St-Jean de Jérusalem, mort en 1664, aurait voulu reconstituer la salle du Grand Conseil de l'Ordre de Malte.

TERRAUBE
Un des plus beaux sites de Lomagne.
Le village :
Prototype du bourg castral gascon. Tout ici porte la marque de la famille De Galard :
- sur la motte féodale d'une première fortification à l'ouest, le moulin seigneurial (1649),
- à l'extrémité ouest de l'agglomération vestiges d'un premier château, le "castet debat", donné par les Galard à l'ordre des Trinitaires en 1482.
- l'église paroissiale construite de 1780 à 1783 par le marques S. De Galard et son frère l'Évèque du Puy avec la contribution de Louis XVI, pour remplacer l'église primitive hors les murs brûlée en 1562 lors du siège de la ville par les protestants ; mobilier intéressant,
- élément de l'enceinte urbaine (1308)
Le Château (non ouvert au public - non visitable) :
En 1272 doit se situer la construction du "château gascon" succédant d'un an à l'octroi aux Galard par Philippe le Hardi de la haute et basse justice à Terraube.
Au XVIe siècle le château s'humanise (fenestrage) tout en restant prudent (chemin de rode crénelé, échauguette).
En 1690, les écuries sont construites.
De 1768 à 1863, des constructions classiques enveloppant le fort d'origine ; création de jardins en terrasses.

SAINT-PUY (summum podium)
Panorama très vaste sur les Pyrénées.
Le village :
Entre les deux pôles que constituaient le "château d'en bas" disparu noyau d'une agglomération radio-concentrique établie autour de l'église prieurale de St-Pierre et le "château d'en haut" qui a déterminé un second bourg castral, s'insère un troisième bourg au plan régulièrement quadrillé tel celui d'une bastide.
Le Château Monluc :
Vestige du "château d'en haut" compta au XVIe siècle le Maréchal de France, auteur des Commentaires, au nombre de ses prestigieux propriétaires (comtes de Toulouse, rois de France, rois d'Angleterre...).
L'agréable demeure actuelle (XVIIIe siècle) a très heureusement réutilisé l'infrastructure de la forteresse. Chais du Pousse-Rapière, dégustation.

LEBERON
Jadis Château de Flarembel
Le château : (non ouvert au public - non visitable)
Les familles d'Aure et de Castelbajac y ont précédé les Gelas qui furent représentés de 1508 à 1717 et sont responsables des transformations apportées aux XVIe et XVIIe siècles à une "tour-salle" primitive qui occupe toujours le centre d'une basse-cour, entourée jadis de douves sur toutes les faces.

ABBAYE DE FLARAN À VALENCE-SUR-BAÏSE
Grand Site de Midi-Pyrénées, l'Abbaye Cistercienne de Flaran fut fondée en 1151. Elle est l'une des mieux préservées du Sud-Ouest de la France.
Située à proximité de la Bastide de Valence sur Baïse, ce joyau de l’art cistercien en Gascogne présente la parfaite illustration d'un ensemble cistercien du XIIe siècle, remanié jusqu'au XVIIIe siècle. Les bâtiments monastiques (église, cloître, salle capitulaire, réfectoire, dortoir, logis abbatial) et les jardins se dévoileront au cours de la visite. Durant votre parcours, vous découvrirez également une exceptionnelle collection de chefs-d'oeuvre de maîtres du XVIe au XXe siècle (Cézanne, Renoir, Matisse, Picasso, Monet, Braque, Tiepolo, Rubens, Courbet, Rodin...) pour un merveilleux voyage au coeur des courants artistiques européens.

BUSCA-MANIBAN À MANSENCÔME
Château :
Un des plus beaux ensembles d'architecture du XVIIe siècle.
Oeuvre pour l'essentiel des Marquis de Maniban, illustration du parlement de Toulouse. Une première campagne de travaux en 1649 à partir vraisemblablement d'un édifice initial plus modeste fut sans doute suivie d'une seconde dans les premières décades du XVIIIe siècle.
Les Faudoas, successeurs des Maniban de 1780 à 1786 doivent être responsables d'une décoration à la mode du jour.
Chais de vieillissement d'Armagnac.

CASSAIGNE
Le château :
Point fort d'un bourg castral, construit par Montassieu de Galard, abbé de St-Pierre de Condom jusqu'à la Révolution.
Le château fort dont subsistent de nombreux éléments leur doit d'importantes modifications et de beaux aménagements (XVIIe-XVIIIe siècles).
Mrg Jehan de Monluc y hébergea souvent son père, le Maréchal Blaise de Monluc.
Chais de vieillissement d'Armagnac.

LARRESSINGLE
La "Carcassonne du Gers" (classé parmi "les Plus Beaux Villages de France").
Bourg fortifié d'un 1/2ha, domaine des abbés puis des évêques de Condom. On doit à l'Abbé Arnaud de Lomagne (1285-1305) les parties hautes du château abbatial et trois tours de l'enceinte cernée de douves. Mrg Hérard de Grossoles (1521-1543) reperce l'édifice à la mode du temps et le dote sans doute de la tour polygonale et de l'escalier à vis.
Au voisinage immédiat, l'église St-Sigismond (milieu du XIIe siècle), est surmontée 'une salle-refuge qu'une passerelle joignait à l'étage noble du château.

BEAUMONT
(non ouvert au public - non visitable)
Dans la première moitié du XVe siècle, le "castrum de Bonmont" mentionné dès 1266, est l'apanage des Bezolles qui en entreprennent la transformation dès 1603 avec le concours du grand architecte Pierre Souffron.
Par alliance avec les Zamet qui l'auraient acheté à la dernière des Bezolles, Beaumont devient la propriété des Pardaillan-Gondrin et leur doit sans doute son élégante clôture ajourée.
Ses derniers acquéreurs avant la Révolution, dès au moins 1788, le décorent dans le goût de l'époque.

FOURCÈS
(château non ouvert au public - non visitable / commune classée parmi "les Plus Beaux Villages de France").
Successeur d'une forteresse primitive qui occupait le centre pittoresque bourg castral de plan concentrique l'actuel château que baigne langui de Auzou, a été construit vraisemblablement à la fin du XVe siècle, sinon au début du XVIe. Ses parties hautes dont subsistent quelques élégantes baies, ont été refaites en 1614 et 1615.

CASTELMORE À LUPIAC
Le château : (non ouvert au public - non visitable)
La tradition veut que d'Artagnan, Charles de Batz en vérité, y soit né vers 1615.
La construction du XVIe siècle pour l'essentiel, a fait l'objet de transformations importantes au siècle suivant dans l'esprit duquel a été édifiée la petite chapelle du domaine isolée dans la campagne.
À voir au village : le Musée d'Artagnan et la Statue Équestre de d'Artagnan.

SABAZAN
Le château :
Pas moins de huit familles différentes s'y sont succédé depuis la fin du XIIIe siècle, où les Sabazan le possédaient encore, jusqu'à la Révolution sans que l'on puisse attribuer avec certitude sa construction à l'une d'entre-elles.
Cependant son corps de logis aux angles cantonnés de tours rondes, sous son haut comble à quatre versants de tuiles plates, évoque assez bien l'art de bâtir du XVIe siècle.
Au village l'église romane, haute et forte abrite un mobilier digne d'intérêt (XVIIIe siècle)

TERMES D'ARMAGNAC
Le château :
Berceau d'un des compagnons de Jeanne d'Arc, cette puissante demeure qui porte sa maîtresse tour à 36m de hauteur doit sa construction, au début du XIVe siècle, à un cadet ou un bâtard des Comtes d'Armagnac.
Elle a fait l'objet d'une restauration soignée.
Glorieux toujours, impécunieux souvent, leurs noms qui claquent ou mordent sont plus évocateurs d'exploits guerriers que d'écus amassé : De Galard Terraube, Pardaillan Gondrin, Monluc... Leurs logis aussi. Réduits à une tour parfois, mais une tour quand même.
Ils sont rarement ostentatoires.
Au demeurant pourquoi ?
La nature gasconne pourvoit à ce que la fortune ne leur a pas donné. Toute en creux et bosses, elle ménage ses vastes horizons, souvent même superbes, les Pyrénées, sous le soleil et toujours le manteau déployé de bois, de prés, de champs de gueule et de sinople, d'azur et d'or mêlés, du vieux, du très vieux terroir, toujours sollicité, patiemment, inlassablement.

Afficher Route des Cadets de Gascogne sur une carte plus grande
FLAMARENS
Le village :
Site perché remarquable. Église paroissiale Saint-Saturnin (réédifiée de 1536 à 1545).
Le château :
Dot de la nièce du Pape Clément V, le castrum de Flamarens est mentionné en 1289. Plus tard, apanage des Galard, il passe en 1466 aux Grossoles qui le conservent jusqu'en 1882.
Responsables en 1469 de la construction de la moitié de l'édifice -oeuvre d'un "peyré" limousin- les Grossolles entreprennent celle de la moitié nord en 1536 : en partie incendiée en 1943.
Il fait l'objet en 1963 d'un sauvetage courageux.

LACASSAGNE À SAINT-AVIT FRANDAT
Le village :
Église du siècle dernier mais mobilier ancien (Fonts baptismaux)
Le château de Lacassagne :
Aux Luppe qui le détiennent dès le XVIe siècle et y sont toujours représentés, Lacassagne doit de considérables transformations au XVIIe et XIXe siècles, notamment dans la grande salle ou J.-B. De Luppe, Grand Prieur de St-Jean de Jérusalem, mort en 1664, aurait voulu reconstituer la salle du Grand Conseil de l'Ordre de Malte.

TERRAUBE
Un des plus beaux sites de Lomagne.
Le village :
Prototype du bourg castral gascon. Tout ici porte la marque de la famille De Galard :
- sur la motte féodale d'une première fortification à l'ouest, le moulin seigneurial (1649),
- à l'extrémité ouest de l'agglomération vestiges d'un premier château, le "castet debat", donné par les Galard à l'ordre des Trinitaires en 1482.
- l'église paroissiale construite de 1780 à 1783 par le marques S. De Galard et son frère l'Évèque du Puy avec la contribution de Louis XVI, pour remplacer l'église primitive hors les murs brûlée en 1562 lors du siège de la ville par les protestants ; mobilier intéressant,
- élément de l'enceinte urbaine (1308)
Le Château (non ouvert au public - non visitable) :
En 1272 doit se situer la construction du "château gascon" succédant d'un an à l'octroi aux Galard par Philippe le Hardi de la haute et basse justice à Terraube.
Au XVIe siècle le château s'humanise (fenestrage) tout en restant prudent (chemin de rode crénelé, échauguette).
En 1690, les écuries sont construites.
De 1768 à 1863, des constructions classiques enveloppant le fort d'origine ; création de jardins en terrasses.

SAINT-PUY (summum podium)
Panorama très vaste sur les Pyrénées.
Le village :
Entre les deux pôles que constituaient le "château d'en bas" disparu noyau d'une agglomération radio-concentrique établie autour de l'église prieurale de St-Pierre et le "château d'en haut" qui a déterminé un second bourg castral, s'insère un troisième bourg au plan régulièrement quadrillé tel celui d'une bastide.
Le Château Monluc :
Vestige du "château d'en haut" compta au XVIe siècle le Maréchal de France, auteur des Commentaires, au nombre de ses prestigieux propriétaires (comtes de Toulouse, rois de France, rois d'Angleterre...).
L'agréable demeure actuelle (XVIIIe siècle) a très heureusement réutilisé l'infrastructure de la forteresse. Chais du Pousse-Rapière, dégustation.

LEBERON
Jadis Château de Flarembel
Le château : (non ouvert au public - non visitable)
Les familles d'Aure et de Castelbajac y ont précédé les Gelas qui furent représentés de 1508 à 1717 et sont responsables des transformations apportées aux XVIe et XVIIe siècles à une "tour-salle" primitive qui occupe toujours le centre d'une basse-cour, entourée jadis de douves sur toutes les faces.

ABBAYE DE FLARAN À VALENCE-SUR-BAÏSE
Grand Site de Midi-Pyrénées, l'Abbaye Cistercienne de Flaran fut fondée en 1151. Elle est l'une des mieux préservées du Sud-Ouest de la France.
Située à proximité de la Bastide de Valence sur Baïse, ce joyau de l’art cistercien en Gascogne présente la parfaite illustration d'un ensemble cistercien du XIIe siècle, remanié jusqu'au XVIIIe siècle. Les bâtiments monastiques (église, cloître, salle capitulaire, réfectoire, dortoir, logis abbatial) et les jardins se dévoileront au cours de la visite. Durant votre parcours, vous découvrirez également une exceptionnelle collection de chefs-d'oeuvre de maîtres du XVIe au XXe siècle (Cézanne, Renoir, Matisse, Picasso, Monet, Braque, Tiepolo, Rubens, Courbet, Rodin...) pour un merveilleux voyage au coeur des courants artistiques européens.

BUSCA-MANIBAN À MANSENCÔME
Château :
Un des plus beaux ensembles d'architecture du XVIIe siècle.
Oeuvre pour l'essentiel des Marquis de Maniban, illustration du parlement de Toulouse. Une première campagne de travaux en 1649 à partir vraisemblablement d'un édifice initial plus modeste fut sans doute suivie d'une seconde dans les premières décades du XVIIIe siècle.
Les Faudoas, successeurs des Maniban de 1780 à 1786 doivent être responsables d'une décoration à la mode du jour.
Chais de vieillissement d'Armagnac.

CASSAIGNE
Le château :
Point fort d'un bourg castral, construit par Montassieu de Galard, abbé de St-Pierre de Condom jusqu'à la Révolution.
Le château fort dont subsistent de nombreux éléments leur doit d'importantes modifications et de beaux aménagements (XVIIe-XVIIIe siècles).
Mrg Jehan de Monluc y hébergea souvent son père, le Maréchal Blaise de Monluc.
Chais de vieillissement d'Armagnac.

LARRESSINGLE
La "Carcassonne du Gers" (classé parmi "les Plus Beaux Villages de France").
Bourg fortifié d'un 1/2ha, domaine des abbés puis des évêques de Condom. On doit à l'Abbé Arnaud de Lomagne (1285-1305) les parties hautes du château abbatial et trois tours de l'enceinte cernée de douves. Mrg Hérard de Grossoles (1521-1543) reperce l'édifice à la mode du temps et le dote sans doute de la tour polygonale et de l'escalier à vis.
Au voisinage immédiat, l'église St-Sigismond (milieu du XIIe siècle), est surmontée 'une salle-refuge qu'une passerelle joignait à l'étage noble du château.

BEAUMONT
(non ouvert au public - non visitable)
Dans la première moitié du XVe siècle, le "castrum de Bonmont" mentionné dès 1266, est l'apanage des Bezolles qui en entreprennent la transformation dès 1603 avec le concours du grand architecte Pierre Souffron.
Par alliance avec les Zamet qui l'auraient acheté à la dernière des Bezolles, Beaumont devient la propriété des Pardaillan-Gondrin et leur doit sans doute son élégante clôture ajourée.
Ses derniers acquéreurs avant la Révolution, dès au moins 1788, le décorent dans le goût de l'époque.

FOURCÈS
(château non ouvert au public - non visitable / commune classée parmi "les Plus Beaux Villages de France").
Successeur d'une forteresse primitive qui occupait le centre pittoresque bourg castral de plan concentrique l'actuel château que baigne langui de Auzou, a été construit vraisemblablement à la fin du XVe siècle, sinon au début du XVIe. Ses parties hautes dont subsistent quelques élégantes baies, ont été refaites en 1614 et 1615.

CASTELMORE À LUPIAC
Le château : (non ouvert au public - non visitable)
La tradition veut que d'Artagnan, Charles de Batz en vérité, y soit né vers 1615.
La construction du XVIe siècle pour l'essentiel, a fait l'objet de transformations importantes au siècle suivant dans l'esprit duquel a été édifiée la petite chapelle du domaine isolée dans la campagne.
À voir au village : le Musée d'Artagnan et la Statue Équestre de d'Artagnan.

SABAZAN
Le château :
Pas moins de huit familles différentes s'y sont succédé depuis la fin du XIIIe siècle, où les Sabazan le possédaient encore, jusqu'à la Révolution sans que l'on puisse attribuer avec certitude sa construction à l'une d'entre-elles.
Cependant son corps de logis aux angles cantonnés de tours rondes, sous son haut comble à quatre versants de tuiles plates, évoque assez bien l'art de bâtir du XVIe siècle.
Au village l'église romane, haute et forte abrite un mobilier digne d'intérêt (XVIIIe siècle)

TERMES D'ARMAGNAC
Le château :
Berceau d'un des compagnons de Jeanne d'Arc, cette puissante demeure qui porte sa maîtresse tour à 36m de hauteur doit sa construction, au début du XIVe siècle, à un cadet ou un bâtard des Comtes d'Armagnac.
Elle a fait l'objet d'une restauration soignée.
Glorieux toujours, impécunieux souvent, leurs noms qui claquent ou mordent sont plus évocateurs d'exploits guerriers que d'écus amassé : De Galard Terraube, Pardaillan Gondrin, Monluc... Leurs logis aussi. Réduits à une tour parfois, mais une tour quand même.
Ils sont rarement ostentatoires.
Au demeurant pourquoi ?
La nature gasconne pourvoit à ce que la fortune ne leur a pas donné. Toute en creux et bosses, elle ménage ses vastes horizons, souvent même superbes, les Pyrénées, sous le soleil et toujours le manteau déployé de bois, de prés, de champs de gueule et de sinople, d'azur et d'or mêlés, du vieux, du très vieux terroir, toujours sollicité, patiemment, inlassablement.

Afficher Route des Cadets de Gascogne sur une carte plus grande
Gersfriendly©
Idées de séjours :
 
Copyright(s) photo(s) | Route des cadets de gascogne :
/ Collection Tourisme Gers/CDT32 / Collection Tourisme Gers/CRT Midi-Pyrénées/Viet Dominique / Collection Tourisme Gers/CDT32/Carossio Michel / Collection Tourisme Gers/Château Monluc / Collection Tourisme Gers/Côte de Gascogne/Carossio Michel / Collection Tourisme Gers/Pays d'Armagnac/Carossio Michel / Collection Tourisme Gers/Plaimont Producteurs / Collection Tourisme Gers/A. Pezzoli / Collection Tourisme Gers/CDT32/A. Pezzoli / Collection Tourisme Gers/OT de la Ténarèze
 
Fermer
haut de la page
Chargement en cours..